www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 70 - Haute-Saône

Recherche par thème :

Navigation

Thèmes abordés

Recherche par thème :

Vous êtes actuellement : Réflexion sur l’Ecole 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
26 septembre 2012

Démocratisation de l’Ecole : Des progrès mais les chiffres montrent de grandes inégalités.

Article paru sur le site du Café Pédagogique : Démocratiser l’enseignement supérieur : Quelques chiffres


Démocratiser l’enseignement supérieur : Quelques chiffres Pourquoi le CESE pose-t-il la question de la démocratisation de l’enseignement supérieur ?
Le rapport Aschieri apporte quelques données qui parfois interrogent...

42% d’une génération

42% des jeunes Français poursuivent des études supérieures affirme le rapport. Un taux inférieur à l’objectif européen des 50% mais qui n’en est pas très éloigné. Et qui reste supérieur à celui de l’OCDE.
43% des 25-34 ans sont diplômés du supérieur contre 18% pour les 55-64 ans.
On mesure la progression !

Mais ce chiffre prend en compte les formations supérieures courtes (BTS, DUT) particulièrement importantes en France.

La situation de la France est moins bonne si on ne retient que les diplômes du supérieur long.
Ainsi la France a peu de titulaires d’un doctorat : 1,5% des jeunes contre 1,6% dans l’OCDE, plus de 2% chez nos voisins allemands ou britanniques.

Encore une partie de ce nombre est-il obtenu avec des étudiants étrangers venus finir leurs études en France...

Le taux d’accès à l’enseignement supérieur reste lié à l’origine sociale :
- 85% des enfants de cadres,
- 47% d’employés
- et 29% des enfants d’ouvriers non qualifiés.

Le boom des bacheliers professionnels

Après une décennie de stabilisation, le nombre de bacheliers est reparti à la hausse depuis 2 ans avec la montée des bacheliers professionnels. Leur nombre a doublé.
Cela résulte du passage au bac pro en 3 ans qui a escamoté le BEP. Les jeunes qui partaient avec un BEP vont maintenant jusqu’au bac.
Ce sont les "nouveaux bacheliers".

La hiérarchisation des filières

En théorie tout bac ouvre tout accès à une formation supérieure. En fait une hiérarchisation s’opère. Elle se voit dans le devenir des bacheliers.
Ainsi 13% des bacheliers généraux vont en CPGE, 46% en université, 8% en STS et 3% arrêtent leurs études.
Seulement 2% des bacheliers technologiques iront en CPGE et 13% en université. 46% rempliront les STS.
Quant aux bacheliers professionnels, 45% arrêteront leurs études mais 39% iront en STS, 5% en université.

Et de la réussite...

A l"issue de la première année d’université,
- 59% des étudiants ayant un bac général poursuivent en L2,
- 21% des bacheliers technologiques
- et seulement 18% des professionnels.

Les conditions de vie des étudiants

Les "nouveaux étudiants" viennent de milieux plus populaires.

Ils ont besoin de financer leurs études et travaillent ce qui les conduit souvent à restreindre leurs ambitions.
Peu bénéficient d’une bourse à taux maximum : moins de 5% des étudiants.

Avec 460 € sur dix mois, cette bourse ne permet pas de payer les frais liés aux études.

 

26 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp 70 Adresse : 3 impasse St Vincent 70000 Vesoul
Tel/Fax : 03 84 75 34 53 Mel : snu70@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 70 - Haute-Saône , tous droits réservés.