www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 70 - Haute-Saône

Recherche par thème :

Navigation

Thèmes abordés

Recherche par thème :

Vous êtes actuellement : Métier  / Ecole maternelle 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
6 juillet 2007

Collation en maternelle : faut-il la supprimer ?

Une collation bien pensée, nécessaire à certains, ne devrait être nuisible à personne. Stigmatisation, interdiction… A l’école elle est désormais mal vue.

Une circulaire de l’IA 70 est arrivée dans les écoles à la veille des vacances d’été pour interdire la collation à l’école maternelle.

Avec, une fois encore, le désagréable sentiment que cette interdiction bien dans l’esprit du temps est basée sur l’étude de quelques « spécialistes » chargés d’appuyer des décisions prises d’avance.

PDF - 73.7 ko
Note de service départementale IA 70
Suppression de la collation matinale

Pour le SNUipp, si la collation en maternelle mérite réflexion, il ne faut pas forcément la supprimer.
Cela ne serait qu’une manière de se dédouaner des problèmes de la société, en disant : « nous n’y sommes pour rien, chez nous les enfants ne mangent pas. »

En l’absence de collation, il y a le risque de voir les enfants arriver à l’école avec un goûter en poche. Nous savons que ce qui tient le mieux dans la poche des enfants n’est pas ce qui les nourrit correctement. Nous le constatons à l’école élémentaire. Pour que l’interdiction de la collation soit intelligemment menée, il faut avoir l’accord des parents (pas goûter dans la poche) et élargir l’interdiction à l’école élémentaire (sinon que va penser le petit en voyant le grand avec son goûter).
Sensibiliser les parents à l’aide d’une brochure d’information est insuffisant, la télévision soutenant les arguments contraires. L’industrie agro-alimentaire est féroce.

En classe, des compromis existent.

- Proposer un atelier collation à l’accueil, entre 8h30 et 9h00, composé de fruits ou de produits laitiers peu sucrés, pour que seuls les enfants n’ayant pas suffisamment mangé soient attirés, les autres ayant encore le ventre plein.

- Individualiser les besoins, en recensant ce que les enfants ont pris au petit déjeuner et en leur apportant un complément en fonction. Cela suppose tout un travail en amont, mais ouvre de nombreuses pistes pédagogiques.

Une collation bien pensée, nécessaire à certains, ne devrait être nuisible à personne.

Ne stigmatisons pas l’école sur les problèmes de société dont elle n’est pas responsable et, qu’en plus, elle doit combattre quotidiennement.

Ne systématisons pas un mode de fonctionnement basé sur l’étude de quelques « spécialistes » chargés d’appuyer des décisions prises d’avance.

Observer, réfléchir, réagir, tel est le rôle des enseignants aujourd’hui. Leur accorder confiance et liberté est primordial.

 

17 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp 70 Adresse : 3 impasse St Vincent 70000 Vesoul
Tel/Fax : 03 84 75 34 53 Mel : snu70@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 70 - Haute-Saône , tous droits réservés.