www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 70 - Haute-Saône

Recherche par thème :

Navigation

Thèmes abordés

Recherche par thème :

Vous êtes actuellement : Métier 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
6 mars 2008

Stages de remise à niveau pendant les vacances de Pâques : Mise en place à marche forcée en dehors de tout cadre réglementaire... Pour quelle efficacité ?

Télécharger l’argumentaire pour l’imprimer
(une page)
RTF - 12.4 ko

Les écoles du département viennent de recevoir un courrier de l’inspceteur d’académie (6 mars 2008) concernant les stages de remise à niveau CM1-CM2.
Les modalités évoquées dans ce courrier soulèvent de nombreuses questions de collègues.

Sur la forme :
- La participation des enseignants se fait sur la base du volontariat : personne ne participe contre son gré.
- L’envoi de la déclaration de participation vaut engagement.
-  L’enseignant volontaire ne prend pas forcément en charge le stage dans sa propre école et les déplacements ne sont pas indemnisés.
- La rémunération se fait sur la base de 15 h effectuées durant le stage. La réunion préparatoire est obligatoire mais pas rémunérée. Après contact avec l’inspection académique, voici quelques précisions :
- les circonscriptions organiseront le regroupement géographique des élèves par secteur.
- les enseignants volontaires ne travailleront donc pas forcément avec des élèves qu’ils connaissent.
- le cadre juridique n’est pas clair : ce n’est pas le temps de l’école puisque pendant les vacances, cela soulève de nombreuses questions, de la part notamment des enseignants, du directeur, du maire.
- il n’y a pas de texte réglementaire pour définir ces stages mais un simple courrier du ministre. La situation est si peu claire que l’inspecteur d’académie du Nord refuse d’organiser ces stages en l’absence de tout texte réglementaire !

Sur le fond :

Au niveau du pouvoir d’achat :
si cette mesure peut dépanner des collègues, ce n’est pas une réponse sérieuse.
Ainsi suite à la décision d’augmenter le point d’indice de 0,8% cette année, la baisse du pouvoir d’achat est déjà estimée à 1%.
Il faudrait donc travailler une semaine de plus cette année pour gagner la même chose puis, si le pouvoir d’achat continue de dégringoler, il faudrait faire 2 semaines de stage en 2009 , 3 semaines en 2010... pour gagner autant qu’aujourd’hui !

Le principe de ces stages pendant les vacances induit que les instits et les PE n’ont pas beaucoup de travail et trop de vacances, que les enseignants ont trop de temps libre.
La tentation sera grande de faire rentrer ces stages dans le temps de service des enseigants (c’est à dire de les rendre obligatoires et sans rémunération supplémentaire).

Au niveau de la difficulté scolaire : les réponses apportées par ces stages sont loin d’être à la hauteur des besoins
Qui peut croire qu’en 15 heure les difficultés lourdes seront résolues, même à 6 élèves maximum. (Tiens ? On croyait que les effectifs n’étaient pas le problème !)
Cinq fois trois heures de "classe" pendant les vacances de printemps et d’été, cela signifie que les enfants vont enchaîner 20 semaines avec seulement une semaine de repos (enchaînement de 15 semaines de classe entre mars et juillet avec une semaine de repos !)

Pour le SNUipp la lutte contre l’échec scolaire doit passer par d’autres mesures à l’opposé de ce gadget proposé par notre ministre et notamment
►des créations de postes
►des réductions d’effectifs (les classes du primaire en France sont beaucoup plus chargées que celles des pays de l’union européenne)
►des RASED complets en nombre suffisant pour couvrir correctement tout le territoire.
► plus de maîtres que de classes pour pouvoir travailler en petits groupes et faire du soutien sur le temps scolaire.

Télécharger l’argumentaire pour l’imprimer
(une page)
RTF - 12.4 ko

 

17 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp 70 Adresse : 3 impasse St Vincent 70000 Vesoul
Tel/Fax : 03 84 75 34 53 Mel : snu70@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 70 - Haute-Saône , tous droits réservés.