www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 70 - Haute-Saône

Recherche par thème :

Navigation

Thèmes abordés

Recherche par thème :

Vous êtes actuellement : Métier 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
30 avril 2008

Nouveaux programmes : Les principales modifications annoncées par Xavier Darcos le 29 avril 2008.

Par rapport à la version antérieure, le texte des programmes a évolué sur certains points.
(analyse faite par le café pédagogique

D’abord la question des horaires est tranchée.
Ainsi en ce2-cm1 et cm2, le français passe de 7 à 8 heures, mes maths de 5h30 à 5h, ce qui correspond au retour aux fondamentaux voulus par le ministre.
L’EPS (le ministre parle de sport) est maintenu à 3 heures. La 4ème heure annoncée pourra avoir lieu durant l’accompagnement éducatif.
L’horaire de langue vivante est inchangé (1h30).
Par contre le reste diminue : 2h au lieu de 2h30 en sciences, 2 h au lieu de 3 pour les pratiques artistiques et l’histoire des arts et donc moins pour les pratiques), 2h au lieu de 3h30 pour l’histoire-géographie – instruction civique et morale.

Le lien avec le socle commun est affirmé avec ambiguïté, dans le sens où les programmes sont récapitulés selon les 7 domaines du socle. Mais leur conception reste totalement étrangère à la philosophie du socle et strictement disciplinaire.

Même ambiguïté pour les cycles. Les programmes sont découpés selon les cycles… mais la liste des "repères" à acquérir reste annuelle, ce qui fatalement jouera sur les progressions.

En maternelle, les programmes modifient la partie consacrée au principe alphabétiquerépondant ainsi à certaines critiques mais ils apprennent à associer lettre et son et "découvrent le principe alphabétique".
La maternelle dispose également d’une liste précise d’acquisitions que l’enfant devra avoir acquis.
Les enseignants sont invités à faire découvrir les "œuvres du patrimoine littéraire".
L’apprentissage du vivre ensemble est affirmée.

En français, le programme reste centré "sur l’essentiel".
La grammaire, les conjugaisons, l’orthographe gardent toute leur importance. L’enfant doit être capable au CM2 de conjuguer au plus-que-parfait, à l’indicatif futur antérieur, au conditionnel présent, de faire une dictée de 10 lignes sans fautes, et même de prendre des notes en cours.
Mais l’étude de la voie passive, du passé antérieur, du subjonctif et du complément d’agent sont reportés au collège.

En maths, la résolution de problèmes la règle de trois devient une modalité de résolution parmi d’autres ; la division par 2 et 5 est maintenue au CE1. La résolution de problèmes est encouragée.

En sciences, le ministre a retenu l’avis de l’Académie des sciences et les programmes affirment l’importance de l’approche expérimentale et de la démarche d’investigation.
Le paragraphe sur la biodiversité est renforcé.

En culture humaniste, les pratiques artistiques sont renforcées, les références en histoire des arts allégés.
Le ministre a promis la publication sur Internet de ressources pour ce nouvel enseignement.

En histoire, l’approche traditionnelle est maintenue. La déclaration des droits de l’homme est intégrée dans les repères. L’instruction civique et morale reste inchangée.

On se rappelle que le Sénat avait conseillé à X. Darcos de publier des documents d’accompagnement conçus dans des termes qui lui permettent de renouer contact avec les enseignants.
Ils sont annoncés mais leur diffusion pourrait n’être qu’électronique et le ministre veut des documents "clairs"…

Le commentaire du Snuipp

Malgré quelques aménagements notamment en maternelle et dans une partie du programme de français, le ministre sous estime largement le contenu des réactions au projet de programme dont les orientations générales subsistent. Qui plus est il juge bon dans ses déclarations de porter des accusations sur les organisations syndicales et les mouvements pédagogiques.

Au delà de l’abandon du passé antérieur, de la mention explicite de la littérature ou de la place de la résolution de problèmes, ce nouveau projet reste déséquilibré. Il est toujours marqué par une vision simpliste et mécaniste des apprentissages.

Dans la consultation, les enseignants des écoles ont exigé la publication des horaires attribués à chaque domaine disciplinaire. En effet comment assurer l’enseignement d’un programme qui malgré quelques évolutions reste plus lourd alors que le volume horaire d’enseignement passe de 26 à 24 heures ?

Le ministre, dans l’embarras, procède à un véritable tour de passe-passe. Il ne publie qu’un volume horaire annualisé pour l’ histoire-géographie, l’ éducation physique, les sciences et l’éducation artistique et cherche ainsi à masquer la forte réduction du volume horaire dévolu à ces domaines disciplinaires.

C’est la faisabilité du projet qui est en cause. Le ministre doit prendre la mesure du malaise, de la déstabilisation professionnelle et de la déception que provoque ce nouveau projet.

L’exigence d’une suspension du projet et d’une réécriture profonde sera au coeur des actions de grève et de manifestation du jeudi 15 mai.

 

17 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp 70 Adresse : 3 impasse St Vincent 70000 Vesoul
Tel/Fax : 03 84 75 34 53 Mel : snu70@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 70 - Haute-Saône , tous droits réservés.