www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 70 - Haute-Saône

Recherche par thème :

Navigation

Thèmes abordés

Recherche par thème :

Vous êtes actuellement : Métier 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
20 juin 2008

Stages dits "de remise à niveau" pendant les vacances : c’est NON !

Nous rappelons que l’information administrative aux parents ne concerne que les familles des élèves susceptibles de retirer un bénéfice de ce dispositif.
Ci-dessous, un modèle de lettre que vous pouvez diffuser aux parents afin d’expliquer notre refus d’organiser les stages de "remise à niveau".

Word - 33 ko
Télécharger une proposition de lettre aux parents concernant les stages de "remise à niveau"

Débattez collectivement, en conseil des maîtres, de ce refus.

PDF - 29.7 ko
Télécharger les consignes du SNUipp70

Les stages de « remise à niveau » aux vacances de Pâques ont été un échec :

- Peu de maîtres volontaires,
- Très peu d’élèves concernés,
- Des « centres » éloignés des familles,
- Des élèves refusés, d’autres qui n’ont pas pu s’y rendre à cause de l’éloignement,
- Par endroit une fréquentation aléatoire et très faible,
- Souvent à la place de l’aide individualisée promise, des exercices collectifs, parfois sans rapport avec les difficultés pointées par les maîtres,
- …

La situation semblait globalement si catastrophique
qu’en Haute-Saône, l’administration a renoncé à en faire le bilan.

Pourtant le ministre persiste à vouloir relancer l’opération
pour juillet et août 2008.
Ce qui montre bien qu’il s’agit d’un choix idéologique
sans rapport avec les résultats réels du dispositif.

23 millions d’euros ont été débloqués
afin de payer les enseignants en heures supplémentaires.
Cette somme correspond à la création de plus de 700 postes d’enseignants...

Refuser d’entrer dans un dispositif dangereux pour l’école

Le Ministère multiplie les annonces de réforme de l’école : changement du calendrier, changement des programmes, remédiation hors temps scolaire, stages de remise à niveau.
Toutes ces questions sont liées, sont en cohérence et vont toutes dans le sens de « moins » d’école pour tous et « heures supplémentaires » pour les enfants en difficulté.
A propos des stages de remise à niveau, il nous faut rappeler quelques points importants :

Sur les heures supplémentaires :
Créer des heures supplémentaires c’est refuser de créer les emplois nécessaires à un travail. L’école n’a pas besoin d’heures supplémentaires mais de création de postes.

Sur l’aspect pédagogique :
Décrocher la remédiation scolaire du temps d’école marque une rupture fondamentale dans les missions que l’école s’est assignée depuis plus d’un siècle.
Les heures qui seront rajoutées par ci par là au cours de la semaine pour tenter de compenser la « perte » du samedi matin, les stages de remise à niveau organisés aux congés de printemps ou pendant l’été, vont très vite remettre en question l’existence même des RASED et les missions des enseignants spécialisés.
De plus ces dispositifs envoient aux familles un message disant que le « temps de classe » ne permet plus d’aider leurs enfants, avec même un risque de stigmatisation de l’échec scolaire.
Décrocher le temps de remédiation scolaire du temps scolaire, c’est aller vers la fin de l’école ayant pour ambition la réussite de tous les élèves.
Quant à l’efficacité pédagogique de ces dispositifs, nous jugerons en temps utile.

Sur l’aspect financier :
Tout d’abord, il nous faut parler de la « défiscalisation » de ces heures supplémentaires.
Défiscaliser un élément de revenu du travail cela veut dire :
- que le travail effectué ne participe pas au financement des organismes sociaux : sécurité sociale, retraite...
- que le travail effectué ne participe pas aux recettes du budget de l’État...
Autrement dit, défiscaliser un type de revenu du travail, c’est en faire un dispositif individualiste permettant de travailler pour soi mais pas pour la collectivité.
En d’autres temps, on appelait cela du « travail au noir »...

Ensuite, il faut avoir conscience que ces heures supplémentaires seront le prétexte qu’avancera le gouvernement pour ne pas procéder aux augmentations des salaires et des pensions (puisqu’on pourra même faire appel aux retraité(e)s..).
C’est le fameux « travailler plus pour gagner plus »...

Enfin, le taux horaire annoncé, de 21,16 euros à 26,16 euros selon le corps, est 40% inférieur à ce qui se pratique dans les collèges et lycées.

Taux de ces heures supplémentaires :

Taux horaire Soit pour un stage d’une semaine (15 h)
Instituteurs 21,16 euros 317,40 euros
PE classe normale 23,79 euros 356,85 euros
PE hors classe 26,16 euros 392,40 euros

Au delà des considérations personnelles propres à chacun(e),
Vue la nature même de ce nouveau dispositif,
Nous appelons les collègues à ne pas participer à la mise en place de ces stages.

 

29 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp 70 Adresse : 3 impasse St Vincent 70000 Vesoul
Tel/Fax : 03 84 75 34 53 Mel : snu70@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 70 - Haute-Saône , tous droits réservés.