www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 70 - Haute-Saône

Recherche par thème :

Navigation

Thèmes abordés

Recherche par thème :

Vous êtes actuellement : Carrière   / Retraites 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
25 juillet 2008

La réforme des retraites de 2003 : cinq ans après DUR DUR POUR LES SALARIES


- 6 nouveaux retraités sur 10 touchent une pension plus faible

- Une baisse de 8% de l’ensemble des pensions

- Rien de mieux pour les "seniors"
La caisse nationale vieillesse vient de publier dans le dernier numéro de « Retraite et Société », un bilan sévère de sa réforme des retraites de 2003.

Invité lundi 21 juillet 2008 sur le plateau de TF1 face à Harry Roselmack, Fillon n’a pas été interrogé sur cette question.

Il a plutôt été interrogé sur son mal de dos que son mal à la réforme

Que dit le rapport Retraites et Société n°54

38,1% de séniors qui travaillent

Selon la revue, la réforme de 2003 n’a pas atteint l’un de ses objectifs initiaux, qui était de retarder le départ à la retraite.
Cinq ans après, le taux d’emploi des 55-64 ans est de 38,1%, alors que l’objectif est fixé à 50% en 2010 par la commission européenne.

L’âge moyen de départ à la retraite a même baissé entre 2003 et 2006, de 61,4 à 60,7 ans (61,2 ans hors dispositif de retraite anticipée).

7,6% des assurés du régime général choisissent la surcote

Créée par la réforme Fillon pour encourager les seniors à rester en activité, la surcote (supplément de pension pour ceux qui continuent à travailler alors qu’ils ont le nombre de trimestres suffisants pour une retraite à taux plein) concernait en 2007, 7,6% des assurés du régime général. Avant la réforme, 7% des assurés continuaient à travailler, sans bénéfice.

Seulement 32 euros en plus

Il faut dire que la surcote ne représentait en 2006, en moyenne, qu’un supplément de 32 euros par mois pour un âge moyen de 63 ans, selon la Cnav, pour qui ce dispositif semble « n’avoir engendré aucune modification de comportement en matière de prolongation d’activité ».

La retraite progressive ou le cumul emploi retraite : un flop

D’autres mesures de 2003 n’ont pas rencontré plus de succès.
Comme par exemple l’assouplissement de la retraite progressive (758 béficiaires au 30 juin 2007 contre 673 fin décembre 2003, mais 1.287 fin 1993) ou du cumul emploi retraite.

Succès de la retraite anticipée

A l’opposé, la Cnav note que les seniors ont privilégié les dispositifs permettant de partir plus tôt.
Notamment le rachat des années d’étude pour augmenter la durée d’assurance ou le dispositif de retraite anticipée destiné à tenir compte des carrières longues.
Ce dernier a dépassé toutes les prévisions : plus de 100.000 bénéficiaires chaque année de 2004 à 2006.

Enfin, un dispositif destiné à garantir une retraite minimale à ceux qui ont travaillé longtemps mais avec des petits salaires n’a pas suscité l’effet escompté.
La Cnav évalue l’augmentation des pensions à 2 à 3%.

Baisse du montant des pensions

La réforme de 1993 s’est traduite par le versement de pensions moins élevées pour l’ensemble des retraités du régime général entre 1994 et 2003.
Globalement, les "économies" progressent au fur et à mesure de la montée en charge de la réforme.
Au total, en 2003, c’est une baisse de 10% en 2003 relativement aux masses de droits directs versées cette année-là.

L’effet est amené à s’amplifier avec les années passées à la retraite.

En extrapolant à partir des données étudiées sur la période 1994-2003, les auteurs estiment qu’à l’issue de 25 années, l’effet de l’indexation sur les prix pourrait induire une moindre pension de l’ordre de 20% en montant, relativement à ce qu’elle serait si elle avait été indexée sur l’évolution des salaires moyens.

PDF - 403.2 ko
Télécharger le dossier de presse de la revue Retraites et Société n°54

 

55 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp 70 Adresse : 3 impasse St Vincent 70000 Vesoul
Tel/Fax : 03 84 75 34 53 Mel : snu70@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 70 - Haute-Saône , tous droits réservés.